Generali Performance Globale

Gestion des risques : si on créait de la valeur ?

Les entreprises évoluent dans un écosystème mouvant constitué de dizaines de risques. Ils peuvent être à la fois internes et externes, matériels ou immatériels. Souvent complexes à identifier et à maîtriser, leur bonne gestion est pourtant l’une des clés de la réussite et de la pérennité des entreprises.

Maîtrise des risques : un enjeu pour les entreprises

En 2013, les sinistres importants (supérieurs à deux millions d’euros) en risques industriels ont coûté près de 650 millions d’euros aux assureurs, pour les seules multirisques dommages aux biens. Or, non seulement une partie des sinistres reste en général à la charge de l’entreprise, mais après un sinistre grave, celle-ci doit souvent faire face à une baisse ou une cessation d’activité plus ou moins longue, entraînant des pertes financières lourdes, rarement couvertes.

L’exercice d’une maîtrise des risques efficace, essentielle à la bonne marche et à la pérennité de l’entreprise, est d’autant plus complexe à mettre en oeuvre que l’univers des risques s’est considérablement étendu et diversifié. Et avec lui, le champ de responsabilité de l’entreprise. Désormais, elle doit tout à la fois préserver ses outils de production, la santé et la sécurité de ses collaborateurs mais également se préoccuper de son environnement, de ses fournisseurs, de ses relations clients, de sa réputation… Le tout, en se maintenant informée de l’évolution des différentes réglementations ou législations.

Au-delà de la simple mise en conformité, des études démontrent régulièrement les gains qu’une entreprise peut escompter en s’engageant dans une démarche structurée de prévention des risques. Ainsi, une étude menée en 2010* par l’Association internationale de la sécurité sociale (AISS) dans les secteurs de l’énergie, du textile, de l’électricité et des produits des média a collecté des données quantitatives et qualitatives dans le but d’élaborer une analyse coût-bénéfice. La comptabilité de la prévention a permis de vérifier si les mesures de sécurité et de santé au travail sont rentables sur le plan microéconomique, en établissant le taux de « rendement de la prévention » ou return on prévention (ROP). La conclusion est sans appel : les investissements dans la sécurité et la santé engendrent des avantages directs en termes microéconomiques, avec un ROP de 2,2. Concrètement, une entreprise qui investit dix euros en gagne vingt-deux, par an et par salarié ! En France, une étude similaire menée par l’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBT) en 2013, dans le secteur du bâtiment et des travaux publics est parvenue aux mêmes conclusions.

« Nous constatons sur notre portefeuille que les entreprises qui ont une bonne maîtrise de leurs risques sur l’ensemble de leur activité ont une rentabilité plus forte que la moyenne de leur marché », confirme Régis Lemarchand, en charge de la clientèle professionnelle et des TPE, et membre du Comité executif, chez Generali.  

Un accompagnement par Generali

Depuis dix ans, l’assureur est en effet engagé dans une démarche volontariste d’accompagnement des entreprises dans la gestion de leurs risques. « Nous avons d’abord créé un outil de diagnostic, basé sur 80 points de contrôle allant de la stratégie aux process de l’entreprise. C’est la modélisation de cet outil en 2010 qui a donné naissance à Generali performance globale, GPG. Cette démarche englobe trois dimensions. Tout d’abord une revue du passé de l’entreprise, de ses valeurs et de sa culture, notamment en matière d’appréhension de ses risques. Ensuite la prise en compte de ses besoins immédiats, en particulier en termes de financement. Enfin, la troisième dimension est la projection sur la finalité à atteindre, par exemple la préservation de son capital immatériel, qui représente 55 % de la valeur d’une entreprise », explique Louis-Rémy Pinault,manager à la souscription des risques entreprises chez Generali.

Concrètement, la démarche GPG procède en quatre grandes étapes :

  • La première consiste à recueillir les informations clés de l’entreprise. En toute confidentialité, un entretien est mené avec le chef d’entreprise et les responsables concernés, permettant de remplir un questionnaire bâti autour de cinq axes majeurs : activité, stratégie, organisation, finances et clients/marchés. Cela permet, en parallèle de la visite de l’entreprise, de mesurer son exposition aux risques et de mieux les identifier, afin d’évaluer au plus juste les défaillances potentielles qui la menacent.
     
  • Cette analyse très fine permet dans un second temps d’établir un diagnostic précis des points forts et des points faibles de l’entreprise, et de son degré de maîtrise de ses risques. Cet examen s’accompagne d’un audit de ses programmes d’assurances afin d’établir dans quelle mesure ils correspondent à ses besoins.
     
  • Une fois les préconisations d’améliorations établies, en partenariat avec l’intermédiaire (courtier, agent général) et le chef d’entreprise, la troisième étape consiste à mettre en œuvre, s’il y a lieu, un plan de progrès sur une durée variable, pouvant aller de trois mois à un an. Une notation sur vingt et des objectifs clairs sont fixés.
     
  • La signature d’une Charte matérialise l’engagement de l’entreprise et de Generali sur la durée, et la remise d’un label vient récompenser les entreprises qui atteignent la note de 15/20.

*Etude de l’AISS sur le « calcul du rendement de la prévention pour les entreprises au plan international : coûts et avantages des investissements dans la sécurité et la santé au travail »

* Etude de l’OPPBT sur « Une approche économique de la prévention, d’après 101 cas étudiés en entreprise »

Les notions clés

La notion de risque implique la combinaison d’un aléa et d’un enjeu. L'aléa est un événement, phénomène, danger ou probabilité d’un événement qui peut affecter notre environnement. L'enjeu est une personne, un bien, un équipement, tout système susceptible de subir les conséquences de l’événement. On peut y ajouter le concept de danger, qui est toute source potentielle de dommage, de préjudice ou d'effet nocif à l'égard d'une chose ou d'une personne, ou plus généralement à l'égard d'un système.
 

Pour en savoir plus sur GPG, cliquez ici

 

2 commentaires
Generali G
Le 25.05.2016 à 14H59
Bonjour Vincent, merci pour l'intérêt que vous portez à la GPG. je vous invite à consulter l'article suivant: n'hésitez pas à contacter notre interlocuteur Generali (coordonnées en bas de page) à qui vous pourrez adresser toutes vos questions relatives à la GPG: http://institutionnel.generali.fr/Gestion_risques_Generali_Enseignes_GPG
vincent G
Le 19.05.2016 à 14H18
bonjour, merci pour cet article mais .... comment se faire accompagner concrètement dans la démarche GPG par Generali ? Cordialement. Vincent Guibert

Commenter cet article

Image CAPTCHA
Tous les champs sont obligatoires.