Generali : Information sur la politique de désengagement du charbon

Generali : Information sur la politique de désengagement du charbon

 

Generali met activement en œuvre sa stratégie climatique publiée en février 2018 et détaillée en novembre 2018 dans une note technique interne. La direction prise est claire :

  • céder les activités liées au charbon avec un engagement concret dans les secteurs de l’investissement et de l’assurance,
  • augmenter l’engagement du Groupe dans les secteurs verts et durables.

 

Cette stratégie est conforme aux principes énoncés par le Global Compact, auquel Generali participe depuis plusieurs années, ainsi qu’à l’Appel de Paris pour le Climat défini dans le cadre de la COP 21, dont Generali France a été partenaire en 2015.

L’exposition globale de Generali au secteur du charbon en 2018 s'élevait à 0,02% de ses investissements et à environ 0,1% de l'ensemble des primes assurantielles non-vie.

En ce qui concerne le charbon :

  • Décision de ne plus investir dans de nouveaux clients charbon,
  • Désinvestissement de 2 milliards d'euros d'actifs liés au charbon dans son portefeuille,
  • Décision de ne pas augmenter son exposition assurantielle déjà minime au secteur du charbon,
  • Décision de ne plus assurer de nouvelle construction de centrales électriques au charbon et de mines de charbon, même de clients existants,
  • Décision de quitter l'ensemble du charbon polonais. Conformément à cette approche, Generali n'a pas renouvelé fin 2018 l’assurance immobilière de la mine de Turow en Pologne.
     

En matière de secteurs verts et durables :

  • Le Groupe s’engage fortement avec un objectif d'investissements de 4,5 milliards d'euros, infrastructures et obligations vertes notamment, à atteindre d'ici 2021 ;
  • Du côté de la souscription, il renforce sa présence déjà importante dans le secteur des énergies renouvelables et vise une croissance de 7 à 9% des primes liées aux produits d’assurance à valeur socio-environnementale.

 

Dans les pays fortement dépendants du charbon et où le Groupe est présent en tant qu'investisseur et / ou assureur, des engagements ont été initiés avec les parties prenantes  du secteur du charbon.

 

Dans ce cadre, Generali applique les principes d'une « Transition Juste » qui prend en compte l'impact social de toute décision sur l'emploi local et l'approvisionnement énergétique dans la stratégie sur le climat.

 

Les premiers résultats de ce processus d’engagement ont amené le Groupe à prendre des décisions importantes et cohérentes avec l’engagement de durabilité :

  • mettre un terme aux activités d'assurance en place avec deux des entreprises parties prenantes de ce dialogue (dont les réponses fournies ont été jugées peu satisfaisantes ou insuffisantes),
  • sortir de toutes les mines polonaises, quel que soit le propriétaire,
  • ne pas assurer la construction du plus grand projet en cours, une centrale de 1 000 MW,
  • soutenir les acteurs qui ont des projets importants pour des sources alternatives au charbon.

 

En ce qui concerne les clients avec lesquels le Groupe poursuivra ses relations, Generali a défini un processus de contrôle périodique des politiques industrielles et de respect des délais annoncés, afin d'évaluer la cohérence avec leurs engagements de réduction de leur impact environnemental.

 

En ce qui concerne CEZ (République Tchèque) :

1)  Au cours du dernier mois l'entreprise a communiqué aux analystes et aux investisseurs un plan visant à réduire la capacité totale générée par le charbon de 6,2 GW en 2018 à 0,7 GW en 2040.
2)  Elle a également annoncé un plan de neutralité carbone d'ici 2050, sur lequel se concentre la Commission européenne.

 

En ce qui concerne PGE (Pologne) :

1)   L'entreprise s'est engagée à une transparence accrue sur les informations demandées, par exemple avec la publication des jalons les plus importants pour la transition sur leur site Web,
2)  Elle a  défini un plan de construction d'un parc éolien offshore de 2,5 GW dans la mer Baltique.

 

De façon générale, Generali pense qu'il est beaucoup plus efficace de pousser le changement de l'intérieur, par un processus d’engagements à la « Transition Juste ». Entre autres choses, un retrait immédiat ne résulterait pas en une fermeture des activités les plus polluantes, ces activités restant assurées par d’autres opérateurs locaux ou non européens, avec une sensibilité très différente en ce qui concerne les questions environnementales et les questions sociales. Generali pense que le dialogue est l'outil le plus efficace pour mettre en œuvre un changement concret et durable.