Le case management - 13/04/2016

Devenir case manager

L’Université François-Rabelais de Tours lance le premier Diplôme universitaire français en case management, une méthodologie unique au service des victimes d’accidents de la route et des personnes en situation de handicap. Cette formation dont les inscriptions viennent d'ouvrir, bénéficie du mécénat de Generali qui fait figure de pionnier dans le développement du case management en France.

 

 

Largement développé hors de nos frontières, le case management est encore émergent en France. Pourtant, dès 2009, Generali croit en cette méthode en recrutant Sophie Pacheco, premier case manager de France. Depuis, plus de 400 assurés de Generali France ont déjà bénéficié de cette démarche d’accompagnement ; 19 inspecteurs-régleurs et gestionnaires spécialisés ont été formés en interne depuis 2012.

Le case management : qu’est-ce que c’est ?

Le case management est une méthodologie qui vise à améliorer la prise en charge médicale, paramédicale et sociale des personnes en situations complexes telles que les victimes d’accidents de la route ou les personnes en situation de handicap. Le case manager va impliquer des acteurs issus d’univers très différents (assureurs, psychologues, médecins, associations de familles de victimes, juristes, services sociaux, etc.) et construire un projet avec pour objectifs l’autonomie, la socialisation et le retour à l’emploi du bénéficiaire.

Le case management contribue, notamment en Suisse, dans les pays scandinaves ou encore aux Etats-Unis, à la qualité de l’accompagnement des patients mais aussi à l’efficacité des systèmes de santé. Le case management représente, en effet, une approche complémentaire de l’approche sociale et médicale.  Il vise à réduire le préjudice subi par le bénéficiaire, en réorganisant son environnement de sorte qu’il conserve, autant que possible, son autonomie et son niveau de vie antérieur. « Certains événements de vie conduisent des personnes à vivre des situations si complexes et si peu « ordinaires » qu’elles appellent une réponse personnalisée et transverse. Le case management cible en priorité ces problématiques qui ne rentrent pas dans des cases, pour qui il n’existe pas de solution », souligne Sophie Pacheco, 31 ans, première case manager en France.

Une formation d’avenir

« Le case manager est un manager, c’est-à-dire un accompagnateur, qui aide  le bénéficiaire à élaborer un projet, définir un objectif, et qui organise avec lui et avec tout son environnement les étapes permettant de concrétiser ce projet », précise Sophie Pacheco. Il apporte un langage commun à la multitude de spécialistes impliqués, coordonne les mesures, fédère et mobilise l’équipe autour d’un objectif partagé : la réalisation du projet du bénéficiaire et l’amélioration de sa qualité de vie. Il doit donc disposer de compétences très variées : médicales, psychologiques, mais aussi juridiques, sociales, fiscales…., compétences que la formation en case management lancée par l’Université François-Rabelais de Tours va permettre d’acquérir à des personnes en poursuite d’études ou déjà en activité disposant d’au moins un bac+3.

Placé sous la responsabilité de la présidence de l’université Roger Fontaine et le professeur Valérie Pennequin, ce cursus est dispensé par des professeurs de l’Université François-Rabelais de Tours et de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO) ainsi que par des professionnels du case management (case manager, assistante sociale, coach, avocat, etc.). L’obtention du DU permet donc également la pratique du case management en Suisse. « En plus d’un savoir théorique et d’un savoir-faire pratique, ce DU apporte aux participants une formation à l’analyse critique, nécessaire à une interprétation qualifiée et autorisée de leur rôle », soulignent Valérie Pennequin et Pierre Gobet, responsables pédagogiques des diplômes français et suisse.

Les inscriptions sont ouvertes sur le site de l’Université François Rabelais de Tours 

Sophie Pacheco en quelques dates :

  • 2009 : intègre la Direction de l’indemnisation de Generali
  • 2011 : diplômée de la Haute école d’étude sociale de Lausanne
  • 2013 : élue femme spécialiste aux Trophées de la femme dans l’assurance.

 

 

Commenter cet article

Image CAPTCHA
Tous les champs sont obligatoires.