Bien-être : travailler en marchant - 16/08/2017

Travailler en marchant : la tendance qui avance

Après les sièges « assis à genoux » et les bureaux surélevés, le walking desk s’installe en entreprise. Une tendance qui associe bureau traditionnel et tapis de marche pour travailler en faisant de l’exercice. Idée géniale ou loufoque ?

 

Travailler en marchant, ça vous tente ? Il ne s’agit pas de passer vos coups de téléphone en faisant votre jogging mais bien d’adopter un walking desk : un bureau combiné à un tapis de marche. Depuis quelques temps, les offres se multiplient, à la vente ou à la location, et séduisent de plus en plus d’entreprises.

Assis, debout, en marche

Cette tendance, initiée par les bureaux hauts (ou standing desk), s’est avant tout imposée pour des raisons de santé et de bien-être. La position de travail, plus tonique (on ne s’effondre pas sur son fauteuil), favoriserait la circulation sanguine, éviterait les maux de dos et les jambes ankylosées.

Chez Generali, les bienfaits des postes de travail debout sont reconnus. Alors, une solution a été trouvée pour permettre aux collaborateurs de choisir leur position, plutôt que leur imposer une journée debout : les bureaux modulables en hauteur.

« Honnêtement, lorsque nous avons vu arriver nos nouveaux bureaux, à hauteur réglable, mes collègues et moi avons pensé qu’ils relevaient du gadget, et que nous allions tester une fois ou deux la position debout, puis les utiliser comme des bureaux classiques. », raconte Camille Ferrasse, chef de projet Organisation chez Generali. « Cela n’est pas du tout le cas ! Alterner le travail assis ou debout, selon les tâches à accomplir, soulage vraiment les lombaires. Pouvoir bouger, changer de position pour ne plus être assis toute la journée, permet d’être vraiment mieux au quotidien. Debout lorsque l’on a des coups de téléphone à passer, assis pour se concentrer sur un dossier : la combinaison parfaite ? »

Le walking meeting, alternative idéale ?

Une autre solution pourrait également être de combiner walking desk et flex office (voir notre article à ce sujet). Certaines entreprises installent ainsi des walking desk partagés, que chacun peut utiliser selon ses envies, le temps d’une tâche particulière par exemple.

L’autre alternative, efficace et très économique, consiste à organiser des walking meetings : des réunions en marchant. Comme le walking desk, la « réunion nomade » permet de lutter contre la sédentarité et d’être beaucoup plus créatif. Attention toutefois, le walking meeting présente aussi des limites : il complique la prise de note ou la consultation de documents, et le nombre de participants est forcément limité.

Lorsque toutes les conditions sont réunies, la réunion en marchant n’aurait que des avantages, selon ses adeptes. Parmi lesquels Mark Zuckerberg (président de Facebook), Jack Dorsey (co-fondateur de Twitter) ou, encore, Barack Obama !

 

« Nous ne connaissions pas les walking meetings, mais faisons des "réunions-balade" depuis 2012 : elles sont créatives et efficaces ! »

« J’ai été amusé d’apprendre que le walking meeting était "tendance" : c’est une pratique que nous avons mise en place dès 2012. La première fois, je devais sortir mon chien, après une matinée et un déjeuner de travail, mais un sujet important devait aussi être discuté. Mes collègues m’ont donc accompagné, pour une réunion informelle… qui a été très productive et très agréable. Alors très vite les "réunions-balades" se sont imposées. Sans le chien !

Bien sûr, ces réunions itinérantes ne permettent pas de préparer ou commenter un document, ni même de prendre des notes, et sont réservées aux jours de beau temps. Mais elles sont idéales pour trancher des points d’organisation, prendre une décision, mettre en place une stratégie pour résoudre un problème... De retour au bureau, chacun prend note des points discutés qui le concernent.

Ces réunions sont très efficaces, et il s’y passe quelque chose de différent. Les discussions sont plus libres, peut-être parce que nous ne sommes pas "enfermés" entre 4 murs : la vue est dégagée, l'esprit aussi ! Des idées émergent, qui n’auraient jamais vu le jour dans une réunion classique. Je pense aussi que marcher côte à côte dans la même direction, renforce la cohésion d'équipe et fait disparaître l’aspect "confrontation" qui peut apparaître, en face à face, en cas de désaccord : les échanges sont plus fluides. »

Pablo Elixander
Conseiller Energie chez Energies pour Demain, à Peyrelevade (Corrèze)
http://www.energiespourdemain.fr/

Pour aller plus loin

 

Commenter cet article

Image CAPTCHA
Tous les champs sont obligatoires.