Tous en scène à l'Auditorium - 30/06

Sperata 2015 : des jeunes sur les planches du théâtre

Lundi 29 juin dernier, la promotion 2015 du dispositif Sperata se représentait dans les locaux de Generali France, à Saint-Denis, devant pas moins de 100 collaborateurs. Du théâtre pour insérer les jeunes, par la voie de la culture et l’attrait des planches.

 
  • Opéra comique 25-6 photo ©Julien Etienne
  • Opéra comique 25-6 photo ©Julien Etienne
  • Opéra comique 25-6 photo ©Julien Etienne
  • Opéra comique 25-6 photo ©Julien Etienne
  • Generali 29-6 photo Laurent Dupin
  • Generali 29-6 photo Laurent Dupin

Des saynètes en italien

Ils n’ont pas pu tous venir. Car « ils », ce sont de tout jeunes comédiens certes, mais aussi des lycéens finissant leur année… et dont le bac de français se déroulait justement ce lundi 29 juin. Priorité aux examens et à l’avenir ! La troupe a cependant pu se mobiliser et s’adapter (la base du spectacle vivant) pour être prête au rendez-vous, à l’heure dite de la "pause sourire" prévue.

C’est ainsi en présence de Marie Delbet (déléguée Amoc) et Marie-Louise Antoni (membre du Comité exécutif de Generali France) que les élèves du lycée Suger et de l’Ecole de la Deuxième chance du 93, ont lancé leurs saynètes basées sur la Commedia dell'Arte : un mélange de situations comiques, de rebondissements, avec masques, costumes et textes lettrés, qu'ils ont mis en scène eux-mêmes.

Le spectacle lui-même n’est pas sans rapport avec le contexte du dispositif Sperata. « C’est tiré de Mignon d’Ambroise Thomas. Une jeune fille qu’on appelle Mignon découvre en fait qu’elle se nomme… Sperata », précisait l'un des enseignants investi dans le spectacle. Déclamées en italien, les saynètes étaient aussi un clin d'oeil à Generali France sur la langue d’origine du Groupe, qui est également... la spécialité de langue vivante du lycée Suger. D'une pierre deux coups !

Enjeux du spectacle

A la fin du spectacle, les professeurs impliqués dans ce travail ont souligné tout l’intérêt de ce dispositif ambitieux : « Le théâtre leur a donné confiance et a permis de souder le groupe. C’est un effet magique ! Avec des jeunes impliqués à 100 % dans le projet ».
 

Magique aussi le sentiment dégagé par cette troupe. La proviseure du lycée Suger, Marceline Zemori, soulignait que la soirée donnée à l’Opéra comique le 25 juin et les près de 2 h 30 de scène lui avaient donné des « larmes aux yeux ». Devant tant de motivation, tous auraient souhaité que cette « bulle » ne se referme jamais. On leur souhaite donc de vivre rapidement... d'autres bulles !

 

Commenter cet article

Image CAPTCHA
Tous les champs sont obligatoires.