Les femmes et la santé

Prévenir plutôt que guérir

Espérance de vie plus élevée, taux de mortalité à chaque âge plus faible que celui des hommes, affections longue durée moins nombreuses… Les femmes cumulent les avantages en matière de santé. Mais cette réalité reflète-t-elle la perception qu’ont les femmes de leur santé ?

Pour répondre à cette question, l’Observatoire des femmes et de l’assurance a réalisé une enquête avec l’institut CSA sur « les femmes et la santé ». Les résultats viennent d’être publiés.

La santé, un avantage féminin ?

Dans les faits, les femmes sont plus avantagées que les hommes en matière de santé. Et pourtant, quand on les interroge sur ce sujet, elles se sentent plus vulnérables qu’eux, expliquant qu’elles sont plus impactées par les préoccupations du quotidien. Ce sentiment de vulnérabilité, les femmes le compensent en intégrant les problématiques de santé dans leur mode de vie : pour 56 % d’entre elles, la santé « c’est leur affaire » et « une question de mode de vie au quotidien » tandis qu’une majorité d’hommes conçoit la santé « comme une affaire de médecin ». Elles ont pourtant plus recours à la médecine que les hommes. « En matière de santé, les femmes semblent ainsi opter pour un comportement plus préventif que les hommes. Cette tendance n’est pas sans rappeler la plus grande prudence affichée par les femmes dans un contexte de crise, que ce soit dans leur façon d’aborder la vie en général, dans leur modes de consommation au quotidien, ou encore dans la gestion de leurs placements financiers », précise Bernard Sananès, Président de l’Institut CSA.

Le rapport des femmes à l’alimentation est également révélateur de cette attitude préventive : elles font plus attention au fait d’avoir une alimentation saine (85 %) et équilibrée (23 %) quand les hommes sont plus épicuriens et valorisent le goût des aliments (16 % contre 12 % des femmes). Cette implication quotidienne permet de compenser leur plus grande « fragilité » et rééquilibre la balance puisqu’hommes et femmes se sentent en aussi bonne santé (respectivement 86% et 85% d’entre eux).

La santé, une question de genre ou de génération ?

Les préoccupations des femmes et des hommes convergent sur certains points Les femmes sont aussi sportives que les hommes et sont motivées par les mêmes raisons qu’eux. Les conseils d’un professionnel de la santé concernant les sports pratiqués intéressent autant de femmes que d’hommes (respectivement 44 % et 39 % d’entre eux). Hommes et femmes abordent également de la même façon les problématiques environnementales : 40 % ont le sentiment de vivre dans un environnement pollué. « Mesurer la qualité de l’air » est d’ailleurs la fonction des objets connectés qui intéresse le plus les femmes et les hommes. Par ailleurs, fait marquant, les différences s’atténuent entre les jeunes femmes et les jeunes hommes, notamment dans leur rapport général à la santé et dans ce qui constitue des sources de stress.

Ce qui pose la question de l’origine des différences hommes/femmes en matière de santé : s’expliquent-elles par un effet « générationnel » et auront-elles tendance à disparaitre avec le temps ? Ou bien résultent-elles d’un effet de « cycle de vie », où le vécu de certains événements divise les préoccupations des femmes et des hommes ?

OFA - Présentation de l'étude Les femmes et la santé

Et la hub decider woman dans tout ça ?

Les précédents baromètres avaient révélé l’émergence de la « hub decider woman ». Tout à la fois mère dans la gestion de la vie de son foyer, fille dans l’assistance au quotidien de ses parents âgés, collaboratrice dans sa vie professionnelle, cette « hub decider woman » correspond à la réalité de la vie de nombreuses femmes. 66 % des femmes interrogées se reconnaissent dans le portrait de la hub decider woman, dont 19 % « tout à fait ». « Plus stressée qu’un homme en jonglant entre vie professionnelle et vie privée, la hub decider woman associe un comportement préventif à une bonne hygiène de vie comme la pratique régulière d'une activité physique ou la qualité de son alimentation », souligne Stellane Cohen, déléguée générale de l’Observatoire des femmes et de l’assurance.

Lire le communiqué de presse

 

La compagnie d’assurances Generali France et Terrafemina ont lancé, en juin 2011, l’Observatoire des femmes et de l’assurance. Chaque année, un baromètre - réalisé par l’institut CSA - analyse l’évolution des grandes tendances ainsi que l’évolution des caractéristiques spécifiques des comportements et attentes féminines au regard de ceux des hommes.

L’un des objectifs de l’Observatoire Generali - Terrafemina est aussi de fédérer en interne des expertes pour réfléchir aux évolutions des métiers de l’assurance et de l’assistance.

Cette initiative illustre une réalité de Generali France : celle de l’importance de la place des femmes dans l’encadrement et la direction de la compagnie.

Pour nous écrire : ofa@generali.fr

Pour nous suivre sur twitter : @GeneraliObs

Pour en savoir plus sur l'Observatoire des femmes et de l'assurance.

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Image CAPTCHA
Tous les champs sont obligatoires.