Métier - Ingénieur conseil en prévention - 06/02/2015

« J’identifie les enjeux des entreprises face aux risques »

Risk managers, assureurs, courtiers en entreprise se retrouvent depuis plus de vingt ans aux Rencontres de l’Amrae*. L’occasion pour ces professionnels issus des métiers du risque et des assurances en entreprise d’échanger sur leurs pratiques, les évolutions de leurs métiers, de parler « stratégie de financement des risques », « protection des données » ou encore « risques RH ». Loïc Dongue, ingénieur conseil en prévention chez Generali Global Corporate France, en contact permanent avec les souscripteurs et les entreprises, décrypte pour nous son métier.

Depuis quand occupez-vous cette fonction ?

Après avoir obtenu mon master en management de la qualité, j’ai rejoint le département Etudes de risques et prévention de Generali Global Corporate en 2007 à la fin de mon alternance. J’occupe mon poste actuel depuis 2013, après une première expérience en tant qu’ingénieur flottes automobile. Dans le cadre de cette évolution, le responsable du département m’a proposé de suivre une formation référente en risque incendie. Parallèlement, j’ai bénéficié du parrainage d’un ingénieur du département. J’ai ensuite suivi un cycle supérieur au CNPP, organisme référent en matière de formation en prévention et gestion des risques, et obtenu une formation diplômante.

En quoi consiste votre métier ?

Comme l’intitulé de ma fonction l’indique, c'est une prestation de conseil que j’apporte aux entreprises. Je me rends sur leurs sites pour identifier leurs enjeux face aux risques et réaliser une analyse de vulnérabilité : incendie, perte d’exploitation et, le cas échéant, bris de machines. Cela nécessite de comprendre leurs enjeux business ainsi que leurs risques spécifiques. Nous repérons les défaillances, mais aussi les solutions : je dresse donc des recommandations, qui doivent être claires et convaincantes. Mes rapports sont adressés à deux types de publics : les entreprises elles-mêmes, mais aussi nos souscripteurs. Nos rapports permettent notamment aux souscripteurs de se faire un avis sur le dossier, de calibrer les garanties à élaborer ou de statuer sur les conditions de renouvellement à proposer au client. Je travaille très étroitement avec eux. Ce sont d’ailleurs les souscripteurs qui nous mandatent pour effectuer les visites.

Vous êtes donc souvent sur le terrain ?

Exact ! J’effectue en moyenne deux visites par semaine, le plus souvent en dehors de la région parisienne. Des déplacements dans des pays limitrophes de la France ne sont pas rares. Je dois préciser que lors de ces visites, les courtiers sont souvent présents, avec quelque fois leur propre ingénieur prévention. Il faut être professionnel mais aussi diplomate, savoir gérer les conflits d’intérêt et de personnes. Le fait que notre département soit certifié ISO 9001 apporte une valeur ajoutée en matière d’organisation. Ainsi, chaque mois, l’un de nos ingénieurs analyse les questionnaires de satisfaction. Les résultats nous permettent d’apporter un meilleur service aux clients et au courtier en tenant compte des éventuelles remarques et suggestions. Le métier d’ingénieur conseil en prévention m’apporte de nombreuses satisfactions, d’autant plus que je l’exerce au sein d’une équipe soudée, qui échange beaucoup sur ses différentes expériences clients, et que je bénéficie de formations régulières. Dans une évolution future, je souhaiterais évoluer vers un poste d’expert et mes responsabilités actuelles me permettent vraiment de l’envisager.

Rencontres Amrae : des enjeux business et recrutement  

Generali France participe pour la 2e année consécutive aux Rencontres organisées par l’Association du management des risques et des assurances de l’entreprise* (Amrae) du 4 au 6 février 2015.

« Notre présence à ce salon est primordiale », précise Odile Lasternas, directrice France de Global Corporate. « Elle répond à un double objectif : asseoir davantage notre entité, ses activités, ses spécificités et ses enjeux d’une part ; participer à la marque employeur en mettant en avant des métiers d’expertise sur lesquels Generali cherche à recruter d’autre part. »

Avec près de 3000 professionnels présents, cette nouvelle édition des rencontres Amrae est également l’occasion pour Generali France et Generali Global Corporate d’entrer en contact avec ses clients et prospects. « Nous avons ainsi rencontré vingt-cinq à trente de nos plus importants clients avec leurs courtiers », détaille Cécile Tardieu, manager marketing et relations clients chez Generali Global Corporate France.

Lire l'interview d'Odile Lasternas pour La Tribune de l'assurance.

 

Commenter cet article

Image CAPTCHA
Tous les champs sont obligatoires.