The Human Safety Net - 23/2/2018

Leen Almasri, réfugiée syrienne et entrepreneuse

La Fondation The Human Safety Net a été lancée par le groupe Generali le 4 octobre dernier. Avec 2 programmes en France, l’un pour aider les familles en situation de fragilité, l’autre pour favoriser l’entrepreneuriat des réfugiés. Leen Almasri, réfugiée syrienne de 37 ans, a présenté au jury THSN son projet d’agence touristique mêlant architecture et réalité virtuelle. Récit…

 

Quand nous avons rencontré Leen Almasri, c’est avec enthousiasme qu’elle a accepté de nous parler d’elle et de son projet. Dans un français extrêmement fluide, la jeune femme, architecte-urbaniste originaire de Syrie, nous a raconté son parcours.


De Damas à Paris

Pudique sur les raisons qui l’ont poussée à fuir son pays, Leen est arrivée en France avec son mari en 2011. Brillante, elle passe un premier Master à l’École de Management de Grenoble, s’installe à Lyon puis à Paris pour suivre un second Master, d’urbanisme cette fois, à l’Université de Paris-Est – Marne-la-Vallée. Un stage au service Urbanisme de la mairie de Bondy la convainc de se lancer dans un projet plus personnel et qu’elle gardait dans un coin de sa tête depuis quelque temps déjà : quelque chose dans le tourisme, parce que, après tout, Paris offre le meilleur terrain de jeu ! Nous sommes en 2014 et Leen n’a pas encore d’idée précise de le forme que pourrait prendre son projet.

 

À la même époque, elle est contactée via LinkedIn par Architecture Week-End, une entreprise américaine qui organise des visites touristiques par et pour des pairs, à destination d’architectes. Elle accepte la mission et commence à réfléchir à des parcours de visite. Malheureusement la société disparaît et Leen met son projet en suspens. Jeune maman, elle se consacre à son enfant jusqu’en janvier 2017.

 

C’est quand Pôle Emploi revient vers elle pour faire le point sur son intégration professionnelle qu’elle exprime clairement son souhait de ne pas s’inscrire dans un processus de recherche d’emploi mais plutôt de se lancer dans l’entrepreneuriat. Elle est alors mise en relation et accompagnée par Activ’Créa pendant 3 mois. Encadrée par un tuteur, elle imagine une agence touristique singulière qui ferait le lien entre passé et futur, en intégrant la réalité virtuelle dans ses parcours de visite.


Faire partager la ville aux autres

En parallèle, puisqu’elle a déjà de la matière, elle décide de partager sa passion via Airbnb Experiences qui permet aux hôtes d’organiser des excursions ou toute autre activité de découverte animée par des experts locaux. C’est selon elle le meilleur moyen de comprendre le marché du tourisme, d’affiner son offre de parcours, en anglais et en arabe, et d’appréhender concrètement le métier de guide.

 

Depuis octobre dernier, ce sont plus de 40 « expériences » partagées par une soixantaine de touristes ravis qui forgent la propre expérience de Leen et consolident son projet. Elle propose notamment une visite sur le thème des styles architecturaux parisiens à travers les époques ou comment l’architecture impacte les modes de vie des habitants, et vice versa. La richesse du patrimoine de la capitale lui permet de proposer un parcours de 3 heures dans les quartiers les plus emblématiques, de Saint-Germain-des-Prés en passant par le Marais et de faire découvrir les styles gothique ou Renaissance. Et il y a fort à parier qu’elle connaisse désormais mieux la ville que la plupart des Parisiens !

 

Quand passé et nouvelles technologies se rencontrent

Motivée et saisissant toutes les opportunités, Leen intègre également le programme « MEnt – Migrants Entrepreneurs » de l’association MakeSense et participe de juin à décembre 2017 à cet incubateur à destination des réfugiés qui aspirent à lancer leur propre activité. Elle élabore étude de marché, business plan et stratégie puis s'attelle à la réalisation d’un « prototype ».

 

Elle est ensuite identifiée par Singa, l’association partenaire de Generali en France pour développer le programme THSN pour les entrepreneurs réfugiés. C’est donc tout naturellement que Leen intègre ce programme afin de poursuivre dans les meilleures conditions son projet, sélectionné par le jury THSN  le 12 février dernier.

 

Elle devrait aborder prochainement la question autrement plus technique de la réalité virtuelle qui fait partie intégrante de sa réflexion. D’ici mars, Leen doit contacter des développeurs pour évaluer les besoins en temps et en argent d’une telle application. Elle avoue volontiers que la question du financement sera décisive.

 

La part belle à l’humain

La jeune femme souligne la nécessité d’un accompagnement humain, au-delà de l’angle purement professionnel. Elle reconnaît que seule, elle n’aurait vraisemblablement pas trouvé les ressources pour mener à bien son projet. Si elle avait en tête cette idée d’agence touristique depuis des années, sans ce soutien, elle n’aurait pas franchi le pas seule, n’aurait pas osé se lancer.

 

Après 2 années difficiles à chercher du travail et où la barrière de langue constituait un vrai frein, Leen avait perdu confiance en elle et s’était peu à peu isolée socialement. Les programmes de MakeSense et Singa lui ont permis de se re-sociabiliser et d’être encouragée dans sa démarche. Elle a retrouvé l’énergie de (se) construire et de se réaliser en tant qu’entrepreneuse à part entière. Ça a été pour elle l’occasion de nombreuses rencontres, d’échanges et de partages.

 

Leen rejoindra prochainement l'incubateur du BeeoTop et Generali lui a confié le projet d'organiser des visites du cœur historique de Saint-Denis, à la découverte du patrimoine architectural de la ville où sont enterrés rois et reines de France. Un vivier de clients, alors que plusieurs dizaines de milliers de salariés travaillent dans le quartier de la Plaine Saint-Denis et autour du Stade de France, en raison de la présence de groupes comme Generali, la SNCF, SFR, Orange, l’AFNOR…

 


 

Le 12 février 2018 au siège de Generali, un jury composé des associations partenaires du Programme THSN (Spark, Singa) ou spécialisées dans le financement de micro-projets (France active, Adie) a sélectionné les 10 projets de réfugiés entrepreneurs qui seront soutenus et accompagnés dans leur développement par The Human Safety Net et l'association Singa.

 

Commenter cet article

Image CAPTCHA
Tous les champs sont obligatoires.