The Human Safety Net pour les entrepreneurs réfugiés

The Human Safety Net pour les entrepreneurs réfugiés

The Human Safety Net a pour mission de créer un programme pour les entrepreneurs réfugiés. En s’associant avec les associations Singa France et Place, la Fondation THSN prévoit une formation longue pour les réfugiés qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat sur le territoire national.

 

The Human Safety Net : des projets et des personnalités

 Ils s’appellent Sharmin, Souad ou Lucie. Ils viennent du Rwanda, du Tibet ou de Syrie. Leurs projets ? Des partenariats avec des musées français pour l’emploi de réfugiés spécialistes du patrimoine de leur pays ou encore le lancement d’une gamme d’huiles essentielles et de produits cosmétiques issue de plantes nées en Palestine.

 

The Human Safety Net, quelles actions ?
 

THSN protège et soutient les personnes vulnérables qui pourront alors bénéficier d’opportunités au même titre que les communautés auxquelles elles appartiennent. Tout ceci est rendu possible grâce à des systèmes de protection, des investissements, mais aussi des programmes pédagogiques et du mentoring.

The Human Safety Net propose une formation complète

La formation, se déroulant sur plusieurs mois, a pour but de construire au mieux le projet de ces néo entrepreneurs. Aucun aspect de la vie d’un créateur d’entreprise n’échappe au programme : analyse du contexte, étude de marché, ressources humaines, finances...
En février dernier, les projets ont été présentés à un jury qui a choisi les plus prometteurs sur le long terme. Les projets ayant le plus de chances d’aboutir au long cours bénéficieront d’une incubation. Celle-ci se déroule pour moitié au sein du BeeoTop, tiers-lieu appartenant à Generali, et pour moitié au sein de l’incubateur de Singa.

The Human Safety Net et ses acteurs de choix

Depuis sa création en 2011, l’association Singa a pour objectif de créer des ponts entre les personnes réfugiées en France et leur société d’accueil. Forte de ses 25 000 membres en France, Singa met en relation les citoyens autour d’ateliers culturels, de cours de langue mais aussi de sorties culturelles ou de cohabitations. le souhait premier de l’association ? Créer du lien dans l’économie de l’asile.

Le réseau Place pour sa part, est un collectif européen. Sa mission ?  Mettre en lumière le lien entre migration et innovation au sein des pays d’accueil. Place monte des laboratoires d’innovation (Labs) dans différentes villes en Europe pour permettre aux réfugiés de créer leur entreprise sur leur nouvelle terre d’accueil.

Le programme pour les entrepreneurs réfugiés est coordonné au niveau mondial par l’association néerlandaise Spark, qui œuvre depuis 1993 en faveur de la formation et du développement de l’entrepreneuriat dans les pays en voie de développement. Spark  a déjà formé plus de 38.000 jeunes entrepreneurs à travers le monde et accompagné plus de 3000 petites et moyennes entreprises.