Environnement du travail : les bienfaits du flex office - 10/08/2017

À la rencontre des « Sans Bureau Fixe »

De plus en plus d’entreprises se mettent au flex office. Le principe ? Chaque salarié arrive au travail avec son ordinateur sous le bras et s’installe à la place qu’il souhaite, en fonction de ses besoins… et des disponibilités. Et vous, seriez-vous prêt à être « Sans Bureau Fixe » ?

 

L’organisation des espaces de travail en entreprise a connu de nombreux bouleversements au cours des dernières années. Dans les années 2000, les bureaux individuels ont progressivement laissé place aux open spaces sans cloisons. Aujourd’hui, c’est le concept même de bureau attitré qui disparaîtrait.

Avec l’essor du numérique, il est désormais possible d’accéder depuis n’importe quel terminal – fixe ou mobile – à ses applications, ses fichiers et son agenda… Un phénomène qui offre la liberté de travailler à distance, en télétravail ou dans un espace de coworking. Alors, pourquoi ne pas étendre le principe à l’intérieur de l’entreprise, en adoptant le flex office (ou desk sharing) ?

Des avantages nombreux pour l’entreprise

Se libérer de la logique « un collaborateur, un bureau » est une aubaine pour l’entreprise :

  • L’espace est optimisé : entre les congés, les arrêts maladie, les formations, les déplacements professionnels et autres RTT, les postes de travail d’une grande entreprise seraient occupés à 60% seulement en France . Le flex office permet de réduire d’autant les bureaux prévus.
  • Les collaborateurs sont obligés de laisser leur bureau vide de tout papier ou objet lorsqu’ils le quittent : l’ordre est maintenu et, le travail des équipes d’entretien facilité. Sans compter que la culture « zéro papier » est bénéfique à l’environnement.
  • La communication est plus fluide, y compris avec le manager, placé lui aussi dans un bureau « anonyme » au sein de ses collaborateurs…

Ultime atout : le flex office est aussi un moyen de « matérialiser » une nouvelle organisation, plus souple, qui brise les silos et allège la hiérarchie. Et qui permet ainsi de rendre plus naturelle son adoption.

 

Source de productivité ou de stress ?

Mais qu’en pensent les salariés ? Certains applaudissent ce qu’ils considèrent comme l’abolition d’une certaine routine. Mais d’autres y voient une source de stress, dû au manque de repère et à une forme d’incertitude quotidienne. Dans certains cas, le manque de place et la chasse aux bureaux disponibles sont aussi pointés du doigt.

Les jeunes salariés seraient les plus réceptifs à ce mode de travail. Beaucoup ont déjà connu ce « nomadisme » lors de lors études, parfois même dans une première expérience en start-up. Le flex office est accepté d’autant plus facilement quand il s’accompagne de contreparties pour plus de confort, comme des salles de repos ou des « ateliers créativité », autres tendances fortes dans les entreprises d’aujourd’hui.

 

Les bienfaits inattendus du flex office

Chez Generali, certains salariés trouvent même au flex office des « bénéfices collatéraux », comme l’explique Camille Ferrasse, chef de projet Organisation chez Generali : « Nous sommes passés au flex office à l’occasion d’un déménagement. Il a alors fallu faire un grand ménage, et vider le contenu de nos armoires, remplies de papiers que nous conservions ‘au cas où’ nous en aurions besoin. Mais passer d’une armoire à un casier nous oblige à éviter l’accumulation, à être plus sélectifs dans ce que nous conservons. Et finalement les armoires ne nous ont jamais manqué : le flex office nous apprend aussi à faire le tri entre le nécessaire et le superflu ! En revanche, certains de mes collègues éprouvent le besoin de se recréer un environnement de travail personnalisé. Ils s’approprient leur bureau du jour en y déposant des photos, qu’ils enlèvent le soir : il est donc tout à fait possible de se constituer un cadre familier en flex office ».

Pour aller plus loin

 

 

 

Commenter cet article

Image CAPTCHA
Tous les champs sont obligatoires.