Rencontre avec Laure Schweighoeffer, conseillère commerciale - 23/05/2017

« Oser se lancer conduit souvent à de bonnes surprises ! »

Déterminée et pleine d’énergie, Laure Schweighoeffer a rejoint Generali en 2014 en qualité de conseillère commerciale, après treize années à pratiquer l’art floral en boutique. Depuis, elle s’est attachée à maîtriser sur le bout des doigts les techniques assurance et la relation client. Rencontre avec une jeune professionnelle multi-titrée.

Commençons par une journée type : comment organisez-vous votre temps de travail ?

Après avoir emmené mes enfants à l’école, je prépare ma journée et je prévois des plans B pour d’éventuels contretemps. Equipée de mon matériel informatique, je file à mes rendez-vous, du nord-est de l’Alsace à la frontière allemande. J’assure trois à quatre entretiens dans la journée. Entre deux, j’en profite pour faire une visite clients, faire un point sur l’avancée de leurs projets et demander des nouvelles de la famille. Le relationnel est très important dans ce métier, c’est un élément déterminant pour fidéliser la clientèle. Si on travaille cette proximité, on fait naturellement appel à nous lors d’un nouveau besoin.

La semaine est ponctuée également de veille sur les évolutions de la législation et d’échanges entre collègues sur les garanties et les produits.

Justement, comment se construit l’esprit d’équipe lorsque l’on est souvent sur le terrain ?

Nous sommes souvent en lien avec l’équipe, qu’il s’agisse de partage de bonnes pratiques, d’infos techniques sur l’assurance ou pour déjeuner ensemble. J’accompagne également certains collègues pour affiner la connaissance produit, caler le discours commercial ou faciliter l’appropriation des outils digitaux sur lesquels on s’appuie pour piloter l’activité. Ce coaching les redynamise et sert le business.
Entre collègues du secteur, nous avons aussi créé un groupe sur WhatsApp* : le fil d’infos pratiques est à notre image : pro et convivial !

Par ailleurs, des voyages incentives sont organisés par Generali. Avec les champions régionaux et nationaux identifiés sur une période donnée, nous nous sommes retrouvés en Italie l’année dernière et en Espagne cette année. Cela concerne une partie des commerciaux mais tenter de faire partie de l’aventure est un challenge qui peut fédérer.

Quelles sont les qualités requises pour réussir en tant que conseiller clientèle en assurance ?

Il faut faire preuve de ténacité et s’affranchir de tout apriori. Il est toujours préférable de tester, d’oser se lancer. Le « Why not ? » conduit souvent à de bonnes surprises. Inversement, si on se met un frein… On exerce vraiment avec le cœur et avec les tripes ; je peux dire en toute sincérité que je me suis prise de passion pour ce métier ! Je pars avec le sourire chaque matin et au contact des clients, je n’ai pas l’impression de travailler.

Il s’agit aussi d’accepter d’entrer dans l’intimité des gens et de ne pas craindre d’aborder certains sujets comme le risque d’accident, la maladie, le deuil. Cela fait partie de la vie et plus on s’y prépare, mieux l’aléa se gère.

Qu’est ce qui est le plus difficile sur le terrain ? Comment contournez-vous ces obstacles ?

Je dirais que le plus difficile c’est lorsque le client dit « Non ». Il faut surmonter un message négatif, de la part d’un prospect recommandé ou concernant une proposition de contrats. Pour éviter cela, je filtre et je retiens les prospects réellement appétents. En ce sens, je préfère la qualité à la quantité. Mais lorsque l’on s’intéresse au client et à ses besoins, on vise juste. L’expertise que j’ai acquise progressivement me permet de proposer le produit le plus adapté. Et lorsqu’un client est satisfait de nos services et qu’il y a un bon contact, il y a de fortes chances qu’il nous recommande. Mais pour arriver à ce stade de confiance, il faut au préalable avoir fait ses preuves : c’est le fruit d’un travail régulier et aiguisé.

Que diriez-vous aux candidats intéressés par ce métier ?

En cas de doute sur la question « Suis-je fait pour ce métier ? », je pense qu’il vaut mieux opter pour une autre voie. Mais si on est attiré par le défi et la nouveauté, si l’on est assidu et volontaire, si l’on cherche un véritable métier –et non juste un salaire – et si on l’aime les gens, alors oui, le métier vous le rend bien. Par ailleurs, un des avantages est d’être maître de son agenda. Personnellement, cela me permet de concilier vie de famille et carrière professionnelle épanouie.

Chez Generali, j’ai aussi la chance d’être reconnue pour mes compétences et récompensée pour mon engagement. Intégrer cette entreprise, c’est un peu comme entrer dans une grande famille avec ses désaccords, ses multiples caractères, ses personnalités différentes… mais au fond, il y a toujours de la bienveillance et de l’entraide.

* Un réseau social

Un palmarès impressionnant !

 

Depuis son arrivée en 2014, Laure Schweighoeffer a remporté de nombreux titres liés à ses résultats commerciaux :

Palmarès 2014
- Espoir de l’année

Palmarès 2015
- Championne de région PPP (Prime périodique prévoyance)
- Confirmation de l’année
- Vice-championne de région PU (Prix unique)
- Championne de région PPE (Prime périodique épargne)
- Championne de région toutes catégories
- Championne de France PPE

Palmarès 2016
- Club Premium
- Evolution régionale de l’année
- Championne de région développement du portefeuille
- Championne de région toutes catégories
- Championne de France PPE

 

 

Commenter cet article

Image CAPTCHA
Tous les champs sont obligatoires.